HISTOIRES D’HOMMES & de barbes

 

L’humanité démontre, au fil des siècles, une relation amour/haine avec la pilosité faciale. Parfois à la mode, parfois proscrite, la moustache et les barbes vont et viennent selon les croyances des époques et les contextes sociaux.

De modestes débuts

Le plus vieux portrait répertorié d’un homme moustachu remonte à 300 ans avant Jésus-Christ. C’est d’ailleurs à cette époque qu’Alexandre Le Grand encourage ses soldats à se raser le visage pour éviter que leurs adversaires tirent leur barbiche. La barbe était alors réservée à ceux qui ne faisaient pas la guerre, comme les philosophes et les intellectuels. Phénomène qui explique d’ailleurs pourquoi la barbe devient le symbole du « Paix et Amour ». Les Égyptiens, en général glabres, peignaient et sculptaient leurs Dieux avec la barbe, signe de puissance et de virilité. Même chose pour les Grecs et les Romains, qui, mis à part les philosophes, ne portaient ni la moustache, ni la barbe. On cherchait alors à enfouir l’animal pour laisser place à la civilité.

 

On devra attendre au deuxième siècle après Jésus-Christ pour que la barbe revienne à la mode. C’est le roi Adrien qui pour s’élever au rang de dieu remet la barbe au goût du jour. Entre-temps, le célèbre Charlemagne arbore la moustache.

On l’aime, on la déteste

Au Moyen-âge, très peu d’hommes portaient la barbe ou la moustache. Un siècle plus tard, pendant la Renaissance, on désire renouer avec l’humanisme et les valeurs ancestrales en se laissant pousser la barbe. Les rois sont alors barbus, mais cette mode ne durera pas puisque les bonnes manières à table, adoptées sous le règne d’Henri IV, ne font pas bon ménage avec elle. La moustache devient alors reine, sous Louis XIII dans les années 1640. Mais on ne parle ici, que d’un fin trait de crayon. Elle réduit de taille jusqu’à ce que Louis XIV la bannisse pendant la Révolution. D’après lui, elle représentait l’animalité. Les hommes pouvaient même terminer à la guillotine, rebaptisée à l’époque « Grand Rasoir national ».

 

La moustache disparaîtra alors pour 100 ans, jusqu’à la Révolution française, où elle fait un retour fracassant. Plusieurs porteront la moustache et la barbe qui se déclinent sous plusieurs formes, toutes plus fantaisistes les unes que les autres. Les portraits d’écrivains célèbres comme Edgar Allan Poe et Honoré de Balzac le démontrent bien. Elles sont toutefois interdites à certains corps de métier, tels que les notaires, avocats et comédiens. Au début du vingtième siècle, il devient obligatoire de porter la moustache ou la barbe. Cette mode est délaissée dans les années 30, alors que Jacob Shick invente le rasoir électrique.

Aujourd’hui

Au cours du siècle dernier, la barbe et la moustache partent et reviennent. Dans les années 70, elles ont un regain populaire, mais seront délaissées vers la fin des années 80, début 90. Aujourd’hui, la mode est à la barbe de trois jours, un peu négligée.

 

Les guerres ont souvent dicté la mode pileuse. À la fin de chacune des grandes guerres de notre époque, les hommes reviennent à la peau lisse, comme s’ils voulaient nettoyer leur passé sombre. Après la Deuxième Guerre mondiale, la moustache est associée à la dictature et il faudra plusieurs années pour qu’Hitler et Staline ne cessent de la hanter. Encore aujourd’hui, certaines moustaches rappellent les grands dictateurs et ne se portent que dans les films!

Publié le 16 Novembre 2011 
Brigitte Bertrand

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *